Théâtre de la suspension

Four Corners of a square with its Center Lost
En résidence du 17 au 23 juillet 2017
 
Ils ne s’étaient pas vus depuis dix ans, 
Ni le Père, froid,
Ni Sarah la plus petite qui est restée, 
Ni les trois autres qui sont partis. 
Pas les jumeaux : Ivan, interne neurologue, 
Et Jeanne, animatrice télé. 
Et bien sûr, pas Guillaume : technocrate brillant, 
Presque tué par balle un jour de novembre,
Tout juste sorti de l’hôpital… 
Les voilà réunis autour d’une soupe, dans une de ces vieilles maisons familiales de campagne où l’on apprend à être adulte, à émousser l’amour, à le teinter de peine, de jalousie.Une cuillère, puis deux, puis vingt, et puis le Père s’effondre, mort. Commence alors entre les quatre enfants un long règlement de comptes, chacun brillant dans sa façon de faire mal, de nier, de se taire.
Mais bien vite ces  retrouvailles leur échappent.
Maintenus là par une force mystérieuse, leur dispute s’émaille de phénomènes surnaturels et magiques, jusqu’au choc  quand leur père brutalement se réveille et décide de les entraîner dans un dernier voyage en famille. Les voilà tous les cinq partis pour une percée vers “l’inframonde”, où semblent s’être enfouis les scènes, les délires, les pulsions de leur passé. Dans ce sous-monde au revers du nôtre, se succèdent les épreuves qui leur coûteront leurs faux- semblants, leurs faux-espoirs. Progressivement la fratrie est contrainte à prendre le pouvoir sur l’inframonde, d’organiser à l’échelle de l’au-delà ce qu’elle échouait à faire au quotidien.
S’ils en ressortent, ils en seront changés. Vivants. Pour la première fois.